Miss MiscellaneaCorine

Miss MiscellaneaCorine

08 décembre : hommage + renversement tout neuf

 

 

Il se trouve que le 08 décembre, je n'oublie jamais John Lennon qui nous a été ravi par un fou le 08/12/80. Je ne me parjure pas (!) : je n'ai aucune envie de faire de ce blog un espace mortuaire, mais quelques petites révérences ne font de mal à personne. 

Il se trouvait que je mettais souvent le même film ("clip" n'est pas tout à fait le mot), parmi ceux que je préférais de Lennon, dont j'aime tant la chanson "Gimme Some Truth". 

 

Il s'avère que ce 08 décembre 2018, elle a une connotation particulière et ressemble à un vieux miroir qui nous parlerait du présent. "Power to the people".

 

Mais je suis spécialement "ravie" de constater que l'on ne peut plus accéder à ces images jusqu'ici disponibles, à ces scènes en extérieur, quand de doux illuminés le suivait comme on suit un meneur-sauveur qui s'essaie à la rébellion. 

Nous sommes libres, mais n'avons plus le choix d'éviter d'autres titres que celui que l'on désiresans passer par des interviews de Yoko Ono. ou des images de révolution liées à une autre chanson, trop violentes à mon goût. Il s'en serait peut-être encore moqué, mais en quel honneur devons-nous passer de force par le pamphlet de Lennon contre ce "pauvre" Paul McCartney dont tout le monde se demande bien comment il trouve le sommeil ("How do you sleep" ?) depuis 1971. J'aime bien McCartney, moi et je comprends très bien qu'il dorme sur ses deux oreilles ! 

Faudrait-il écouter ce qu'on n'aime pas pour entendre ce que l'on préfère - et encore pas tout à fait ? C'est cher payé ! Et ça ne donnera pas plus de droits d'auteur.  

Ou bien, on a l'option classique : la chanson "Gimme Some Truth" en lien, mais sans mouvement, sans image, juste une pochette d'album. 

Merci bien, non. 

Si je ne suis pas libre de choisir, ça ne sent pas le parfum sur lequel j'aime rêver de ces années 70. Alors je ne mets rien. 

Une pensée pour Lennon. N'hésitez pas à vous jeter sur un titre qui vous fait envie. Je n'y ai pas manqué. 

 

 

 

 

Il se trouve que j'ai une forme de curiosité toujours en alerte et désespère plus souvent qu'à mon tour de ne pouvoir être submergée par une admiration nouvelle.  

Pourtant j'attends, pourtant j'écoute. Hier, je fredonnais un air tout frais sur «le spleen (qui) n'est plus à la mode » et « ce bonheur, si je le veux, je l'aurais » ("Tout oublier" par Angèle et Roméo Elvis), contente de trouver quelque chose qui me plait pas mal. A défaut. 

 

 

Les coups de foudre arrivent toujours par hasard. 

Il y avait trop longtemps que je n'en avais pas reçu un dans le ventre pour une chanson. 

C'était tout à l'heure, en fouillant les stations de radio, effectivement par hasard. Inconvénient courant : aucun nom, on passe au suivant sans savoir qui on vient d'entendre !

Moteur de recherche. Essayons avec le plus de mots possibles, cette fois : "ne fais pas attention au désordre, je veux la paix". 

Réponse : Alister. J'arrive 10 ans après la sortie, dans le désordre des années, mais vous connaissez aussi bien que moi l'expression : mieux vaut tard...

 

 

Ecrire le nom de Lennon le 08/12 a pour moi la valeur-symbole, même si elle paraît contradictoire, de tuer la trace de son assassin. Lennon que l'on aurait tort d'aimer de trop loin, de placer dans un passé respectueux, Lennon qui n'aurait jamais cessé d'être un artiste primordial. Qui ne cessera, d'ailleurs. Je crois qu'il n'aurait jamais pu se taire longtemps et ç'aurait été tant mieux. 

 

 

Ceci fait, en attendant de l'écouter plus largement et d'acheter un premier CD, je passe le lien vers Alister. 

"DESORDRE". Renversant. J'aime l'ironie (à commencer par le contraste entre les paroles et le chœur), j'aime tout, tout, tout jusqu'aux dernières paroles sur un rythme qui ralentit... Magnifique. 

 

 

                                                           Corine 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               

Ps : lu "a collaboré avec Adrienne Pauly". Adrienne Pauly ! Elle est géniale. Rigolant Je ne prends aucun risque de ne pas aimer et ne vous en fais courir aucun si je vous les conseille d'ores et déjà tous deux, sans en avoir écouté + encore de cet auteur ! Ca va venir ! 

 

 

 

                

 

 



08/12/2018
6 Poster un commentaire