Miss MiscellaneaCorine

Miss MiscellaneaCorine

Comme quoi, on n'est pas forcément ce que l'on paraît. Merci Elliott

 

 

 

La froideur d’une ville ne dit pas tout. Ce n'est que la donnée moyenne de climats.

La mienne se crispe, mais se prélasse aussi, se réjouit, se sur-snobe, se renfrogne, ou partage.

Pour juger de la température d’un quartier, un exemple tout cuit : le voisinage !   

 

Deux exemples seulement !

A droite, l'ex-voisine. C’était une prof dont je n’aurais su déterminer l’âge. Franco-anglaise de naissance, qui plus est épouse d'un britannique. Coiffée principalement d’accessoires roses, elle les appariait de vêtements rouges, oranges, flashy. Logique.

Mon regard surpris devait être mécompris. Non, je n'étais pas choquée le moins du monde, Madame. J’aime ce qui coupe le spleen que me donnent trop de convenances. 

Je sursautais sur mes pensées et mon regard souvent perdu à l'horizon était capté, enfin, par des couleurs. 

Elle avait ce tempérament de ne pas tenir compte de la raideur de cette métropole. Peut-être ne voyait-elle pas de différence ?

Cette particularité me permettait de lui donner ce que nous nous devions : un salut, réciproque.  

Mais en fait, je ne l’ai jamais connue.

 

 

Voisins mitoyens, nous étions pourtant tous voisins de loin. Si j’aime plaisanter, je ne fais jamais le premier pas quand je ne sens pas que l’on y est prêt. Si aucun d'entre nous l'a été un jour, la simultanéité nous a fait défaut. Et oui, je sais, c'est pas terrible.  

 

 

Voisins de gauche :

il faut compter un bon nombre d’années pendant lesquelles je ne les ai reconnus (quand, non accompagnée, je ne recevais pas de propices coups de coude) que par leur chien. Je ne pense pas qu’ils aient pu comprendre autre chose dans mon attitude que celle d'une pimbêche adorant les animaux

On n’est pas obligé de savoir que je suis une miraude qui hait les lunettes. 

Elliott, enthousiaste, s’élançait pattes levées, gueule aimable, fou de démonstrations et de caresses à recevoir.

La maîtresse de ce craquant labrador aux yeux doux, se croyait immanquablement obligée de s’écrier, avec un embarras que je ne m’expliquais pas : « mais Elliott, voyons, Elliott, allons ! »

:-) alors que j’adorais ses transports. J'étirais mon bras pour chatouiller autant qu'il m'était possible de le faire ce charmant familier aux sympathiques élans par la laisse maintenus.   

C'était une sorte de tradition qui s'opérait d'instinct : c'est à lui que s'adressait ma première exclamation en retour de son accueil, avant de remonter vers eux et de redécouvrir leurs visages. 

 

 

 

Malheureusement un jour, je ne l’ai plus vu… Je ne sais pas quand le très brave Elliott est parti au pays éternel des chiens heureux. 

 

 

 

Pour elle, je ne pus rien faire, c'était peine perdue. Quoique navrée quand j’entendais ses pas s’arrêter, puis le bruit de la clé dans la serrure de leur garage. Je me retournais parfois, lancée sur mon chemin, trop tard. « Merde, encore une gaffe ». Trop discrète. 

Je renonçais, prenant mon parti d'être antipathique. Elle avait qu'à, aussi ! C'est si sorcier, tous les matins, de glisser deux ou trois pinces roses dans sa chevelure, de se couvrir d'un manteau de fourrure synthétique verte, de porter gants et foulards violets, assortis(*), avec pour exemple la vestimentairement originale franco-anglo-saxonne ? Est-ce que moi, je me privais de mon pull orange couleur BTP, au risque d'encourir un blâme pour outrage au bon goût ? Non. Bon, alors ! 

En fait, je ne les ai jamais connus (non plus). 

 

Etant tout de même de bonne volonté, j’appris à repérer son mari à ses tempes particulières, serrées, au crâne haut, plus haut qu’un autre. Ma civilité y gagna une réputation impeccable (d'une durée relativement soutenue). 

Puis, sonna l'heure de sa retraite, le rendant corps et âme à son fanatisme du cyclisme. Il vissa son casque sur sa tête prête aux grands loisirs. Casque, genouillères.

De crâne méconnaissable.    

Cet homme ne posa plus les pieds sur terre. 

Rechignant à renoncer si vite, je m'essayais à observer sa silhouette. Je le soupçonnais d’un déséquilibre pondéral.

Impossible m'est de savoir combien de bonjours je ratais depuis lors à l'intention de cet occiput voyageur non identifié.

Ne pouvant sourire à tous les hommes casqués, j'ai donc arrêté, à mon corps défendant, d'être cordiale. 

 

 

Il n’est pas toujours facile d’être poli.

Des lunettes ? Non mais vous rigolez ! 

 

 

                                                                                                        Corine 

 

 

 

 

(*) c'est à peine exagéré ! Sourire

 



26/11/2017
6 Poster un commentaire